Comprendre le savon !

Comprendre le savon…

Qu’est-ce qu’un savon exactement ?

Le savon est le résultat d’une réaction chimique entre un alcali et une matière grasse, habituellement dans une base d’eau.   Les molécules de gras se restructurent différemment de sorte que lorsqu’elles rencontrent d’autres graisses ou des saletés sur une surface, elles s’y attacheront.  En rinçant, toutes les molécules qui se sont jointent se détacheront de cette surface, qui sera maintenant propre.  Un savon utilisable sur le corps possède un pH qui se situe entre 9 et 11.

Alcali + eau + corps gras = SAVON

 

ALCALI :

Base très forte (pH supérieur à 10) qui a la faculté de saponifier les corps gras.

–  Soude Caustique (NaOH) pH 13-14 une fois activée (donne un savon en barre solide)

– Potasse (KOH) pH 10-13 une fois activé (donne un savon liquide)

– Chaux inerte (dans certaines recettes de savon du pays) pH de 12-13 (aide à la fabrication du savon du Pays)

– Cendre de bois dur pH de 10-12 une fois activé (savon du pays et lessi – lessive de cendre)

* (Bois dure = feuillus.  Ce que nous cherchons une forte teneur en potasse, les conifères n’en contiennent pas suffisamment)

Types de cendres et leur teneur en potasse (approx.)

–              Bois dure (moyenne) ……..10% potasse

–              Nervure de tabac…………….4.5 % à 7%

–              Casse de haricot………………27%

–              Pelure de bananes… ………41%

–              Restes d’orange…………….27%

–              Pelures de patates…………27%

–              Zeste de citron……………….31%

–              Résidus de maïs………………50%

 

EAU :

De l’eau ou un autre liquide.  TOUJOURS FROID, jamais visqueux ou épais (sinon réaction forte et débordement avec la soude caustique).  Vous pouvez utiliser moitié eau, moitié glace, du jus de carotte sans pulpe, de la bière dégazéifié, da café froid (percolateur car j’ai eu de mauvais résultats avec du café instantané), etc…  L’eau recommandé dans les livre est distillée.  Personnellement je le fais avec l’eau de mon puits et tout se passe très bien.  L’eau de pluie quant à elle est aussi très recommandée.  Je n’oserais pas la récolter une journée de SMOG, mais sinon son équilibre (minéraux / pH) est très proche de la perfection.

 

CORPS GRAS :

Les gras ne sont pas tous merveilleux pour faire des savons, il faut savoir les choisir ou contrebalancer leurs effets indésirables en utilisant plusieurs gras dans une recette.  Ce qui nous permet de jouer avec leurs propriétés.

Ce sont les matières grasses qui donne leurs propriétés au savon…

MOUSSEUX, CRÉMEUX, DURETÉ, ÉMOLLIENT, NETTOYANT

Faites vos recherches judicieusement pour bien équilibrer vos savons.

Les graisses animales ont tendances à faire rancir les savons plus rapidement, ainsi que les huiles issues de graines entières.  Dans le germe d’une graine, nous retrouvons une substance qui se nomme l’IODINE.  Une fois pressé, le germe libère son iodine qui, au contact de l’air, amorce une OXYDATION.  Cette OXYDATION se nomme RANCISSEMENT.

Huile d’amande douce, le tournesol, la noisette, arachide ou l’huile de chanvre rancissent rapidement, utilisez-les avec parcimonie, à faible pourcentage dans vos recettes. On peut également ajouter, si on tient à les employer, de la vitamine E, de l’extrait de pépins de pamplemousse, ou de l’huile essentielle de romarin, qui ont des effets conservateurs. Et éviter les zestes, les jus et les huiles essentielles d’agrumes car cela accélèrera le rancissement également.

Vous êtes artisans donc HUILE DE PALME = NON, même si elle semble géniale dans un savon. 

Voici quelques exemples de corps gras et de leurs propriétés dans un savon :

-huile d’olive : ÉMOLLIENT +++ s’utilise jusqu’à 100% dans un savon.  Donne un savon doux, qui mousse peu et qui est très émollient.  Parfait pour les bébé, eczéma et pour râper dans les recettes de savon à linge ou à lave-vaisselle (car mousse peu).  Par contre, quand il reste humide, il devient visqueux et baveux.

Huile de coco : DURETÉ +++, MOUSSEUX +++, NETTOYANT +++ s’utilise à un maximum de 30%.  Donne un savon en barre très dure, blanc, très moussant et très lavant.  Si vous en mettez trop, vous ne pourrez pas vous laver avec votre savon car il sera trop lavant, décapant même.  Par contre, à fort pourcentage il est génial pour les gros travaux de dégraissage.

Beurre de Karité : maximum 30 %.  Savon dur et mousse fine, trace rapide, savons doux.  Idéal pour surgraisser (voir définition plus loin du surgraissage)

 Huile de soja : Savon très dur, très doux, mousse moyenne, bonne onctuosité, sensible au rancissement

– Huile de tournesol : Savon mou, pas de mousse, trace très lente, savon très doux, onctueux. Mousse moyenne.

– cire d’abeille : très peu d’élément saponifiable, mais augmente la dureté du savon

 

LES AJOUTS :

Tous les ajouts, s’ajoutent APRÈS avoir fait un savon…  Ce sont des ingrédients qui sont FACULTATIFS, mais qui améliore la conservation, l’apparence, l’odeur, la douceur du savon.

Le vrai terme serait de dire qu’on ajoute APRÈS LA TRACE

–   Agent de conservation (antioxydants) : Vitamine E, extrait de pépins de pamplemousse (EPP), HE de romarin (0.1% à 0.5%)

–  Huiles Essentielles ou fragrances (entre 10ml et 30 ml / recette de 1100 gr à 1200 gr)

–  Exfoliants, abrasifs, fleurs ou herbes séchées, miel, sirop d’érable, sel non-iodé, farines, levain, sable, etc…

–  Colorants (artificiels, épices, argiles, mica, pigments, ultramarines, oxydes de fer, etc..)

–  Surgras (beurres, cires, huiles végétales…)

 

AGENT DE CONSERVATION :

(facultatif, mais bien appréciable)

Vitamine E de grade USP cosmétique :

Conservateur, antioxydant pour les huiles, s’utilise à 1 ml par 1000ml pour être efficace dans les savons.

Liposoluble

Non soluble dans l’eau

La vitamine E est un antioxydant, dont elle aidera à prévenir l’oxydation de vos huiles (rancissement)

Le nom de la vitamine E est TOCOPHEROL ou TOCOTRIÉNOL.  Il existe 8 formes différentes de composés vitaminiques E

(alpha- tocophérols, bêta- tocophérols, gamma- tocophérols, delta-tocophérols et alpha- tocotriénols, bêta- tocotriénols, gamma- tocotriénols, delta-tocotriénols)

La forme la plus fréquemment retrouvée est l’alpha-tocophérol. C’est également celle qui présente l’activité vitaminique la plus élevée et son pouvoir antioxydant est plus puissant.

Formes naturelles : d-alpha-tocophérol (RRR-alpha-tocophérol), d-béta-tocophérol, d-gamma-tocophérol, d-delta-tocophérol, , tocophérols conjugués, tocophérols mélangés, tocotriénol, acétate ou succinate de d-alpha-tocophéryle.

Formes synthétiques : dl-alpha-tocophérol, acétate ou succinate de dl-alpha-tocophéryle, all-rac-alpha-tocophérol.

 

Je suggère fortement le grade USP (cosmétique) car il vous assure une concentration de tocophérol contenue entre 67% et 85%, le reste étant une dilution dans une huile végétale, habituellement de SOJA non OGM.

 

Les autres gardes :

Pharmaceutique : plus élevé en concentration (habituellement) et plus stable dans leur pourcentage, mais prix beaucoup trop élevé.

Full spectrum T-50 et T70 : prix moins élevé, mais concentration beaucoup moins élevée également.  La baisse de prix n’en vaut pas la peine et l’utiliser en tant que conservateur fausserai le réel pourcentage d’apport dans vos produits que vous souhaitez conserver.

Vous choisirez la vitamine E si vous faites également des cosmétiques à la maison (onguents, déodorant, baumes à lèvres, etc…)

Extrait de pépins de pamplemousse :

Conservateur, antioxydant pour les huiles, s’utilise à 1 ml par 1000ml pour être efficace dans les savons.

Liposoluble

Hydrosoluble

L’EPP (extrait de pépins de pamplemousse) s’utilise comme la vitamine E dans les savons.  Il n’y a pas vraiment de grade qui s’offrent à nous, autre qu’en pharmacie.

Vous choisirez l’EPP si vous avez également envie d’exploiter ses autres atouts : antifongique, antiparasitaire, stimulant du système immunitaire, antiviral et antibactérien.

 

L’huile essentielle de romarin officinal :

Conservateur et odeur en même temps, choix économique… mais tous vos savons seront au romarin, si c’est le choix que vous faites dans les conservateurs.

 

HUILES ESSENTIELLES (HE) :

Les HE ne sont pas toutes stables dans les savons.  Les HE composées de molécules légères perdent leur odeur une fois à l’air libre très rapidement.  Exemple: menthe, agrumes…

Si vous souhaitez avoir un savon qui sent longtemps, choisissez les HE composées de molécules plus lourdes.  exemple: les conifères, la cannelle (attention cannelle = pas trop car dermocaustique)

ATTENTION AUX AGRUMES ET AUX HE DERMOCAUSTIQUES… les agrumes (HE extraites du zeste) accélère le processus de rancissement du savon et les HE dermocaustiques risques de rendre votre bain désagréable, voir même douloureux.

Note : en cosmétique, pour un produit qui resterait sur la peau, il serait bon de ne pas utiliser le HE d’agrume car elles sont photosensibilisantes (taches brunes).  Dans un savon, le danger de photosensibilisation est vraiment négligeable par contre.

Pour reconnaître une HE d’Agrume, LIRE LE NOM EN LATIN : commence par CITRUS, trouvez ensuite sur la bouteille, quelle partie de la plante a été utilisé.  Les mises en gardes présentes concernent le ZESTE.

Ne payez pas des fortunes pour parfumer vos savons aux HE, car leurs propriétés sont pratiquement toutes détruites par la soude caustique.  Référence HE bon marché : New Direction Aromatics ou ici en format 50ml.   Sauf que ces HE bon marché ne doivent pas non plus servir à vous traiter, la qualité était trop basse.

 

FRAGRANCES :

Les fragrances ne sont pas naturelles.  Beaucoup moins dispendieuses et beaucoup plus stables dans les savons par contre.  Recherchez les fragrances sans produits pétrochimiques, sans parabènes et si possible sans phtalates.

 

ARGILES ET COULEURS DE SOURCE NATURELLE POUR COLORER :

Ne vous faites pas avoir avec l’Argile rose : argile blanche + argile rouge

Argile rouge des récifs Australien : trop rouge… tache en grande quantité, mais ok en petite dose, ou en marbrage léger (1/4 de la recette)

Les oxydes de fer, les ultramarine, l’oxyde de titane… tous de beaux colorants naturels.

Voir le site web de pierre-marie (Montréal) : http://www.pierre-marie.ca

Les micas quant à eux sont parfois instables dans les savons.  Source de couleur très économique par contre. Leurs pigments ne sont pas toujours de source naturelle.

Prenez la peine de bien lire les descriptions et les commentaires avant d’Acheter pour en connaitre la provenance et la réaction dans un procédé à froid (avec la soude caustique)

Dosage : très différent d’une couleur à une autre… mais un MAXIMUM de 3 c. à soupe par recette pour ne pas trop en changer la texture.

 

JUS, INFUSION, MACÉRÂTS…

Certains jus, infusions ou macérât colorent les savons, mais faites une recherche sur le net avant de vous lancer parce que ce ne sont pas toutes les couleurs qui tiennent à la soude caustique…

exemple :

Macérât de pissenlit = savon jaune tendre

Jus de betterave = savon vert olive

Jus de carotte = savon orangé

Pate de tomate = savon orange vif

 

COLORANTS :

Si vos savons sont pour vendre, vous devez disposer de l’appellation INCI du colorant…  Commence habituellement par les lettres Ci suivit de chiffres.  Exemple d’un jaune :  CI 19140

Types de colorants :

Pétrochimiques, Micas, oxydes de minéraux, Ultramarines, Pigments, etc…

Il faut vérifier si les couleurs tiennent à la soude caustique.  Souvent en anglais sur les sites web, vous devez rechercher ‘’ok with cold process’’

Le rouge est le saint-graal des couleurs.  Très difficile à trouver ce rouge qui résiste à la soude.  Faites vos recherches minutieusement.

 

LE SURGRAISSAGE :

Le surgraissage est en fait un pourcentage (habituellement de 5% à 12%) de corps gras (gras, graisse, huile, beurre ou cire) ajouté après la trace, et qui ne sera pas saponifié.  Ce qui signifie que ce corps gras restera intact ou presque dans le savon et se retrouvera sur votre peau.   Les savons surgraissés sont souvent plus mou (ou plus durs dans le cas d’un ajout de cire) et plus doux.  Par contre, si votre savon est bien équilibré et que vous avez pris soins de mettre la propriété émolliente en importance, le surgraissage devient très facultatif.  Peu de gens pensent ainsi, mais je vous garantis que c’est vrai.  Je ne surgraisse pratiquement jamais mes savons et ils sont quand même très doux et équilibrés.

 

* Deux méthodes pour calculer le surgraissage :

1- ajouté un certain pourcentage d’huile sans modifier la quantité d’alcali

2- retirer un certain pourcentage d’alcali sans modifier la quantité des corps gras

 

* Surgraisser quand vous calculer vos ingrédient (donc en faisant la recette et non après la trace) est possible.  Sauf que vous ne pourrez pas savoir quel corps gras apparaitra en surgraissage et n’aura pas été saponifié.  Alors que si vous le faites après la trace, l’alcali à déjà fait le plus gros de la saponification avec les corps gras présent dans la recette.  Le surgraissage que vous lui ajouterez APRÈS la trace aura beaucoup plus de chance de ne pas être affecté par l’alcali.

 

LE RANCISSEMENT :

Certains acides gras s’oxydent au contact de l’oxygène.  Cette oxydation se nomme le RANCISSEMENT.  Les graisses animales rancissent facilement et les huiles provenant d’une graine entière aussi.  Ceci n’est pas une règle absolue, mais générale. Les huiles courantes qui rancissent rapidement sont : Huile de ricin, amande douce, arachides, tournesol, maïs etc…

Il existe des tableaux qui vous donneront toutes les données concernant le rancissement des corps gras.  Vous allez devoir consulter la colonne du potentiel d’oxydation, illustré par la lettre I.

Une huile rancie sent mauvais et goûte mauvais.  Un savon ranci a jauni, est devenu collant et son odeur a changée.  Il n’est pas pour autant inutilisable…  Désagréable sur le corps, il peu être recyclé en savon liquide auquel nous ajouterons une huile essentielle de romarin (qui change l’odeur et stoppera le rancissement), en savon pour laver l’auto ou en savon qu’on laisse à la grange!

 

Recette savon liquide pour récupérer de vieilles barres rancies :

-50 g de savon râpé

-450 ml d’eau

-6 à 15 gouttes d’huile essentielle

Faire chauffer dans un bain-marie jusqu’à ce que le tout soit fondu, versé dans un contenant à pompe.  Sa texture finale sera observable le lendemain.  Cette texture varie selon la composition du savon que vous avez râpé.  Un savon avec beaucoup d’huile d’olive sera visqueux, mais en brassant votre contenant, il redeviendra liquide.  De toute manière, l’idée est de ne pas gaspiller et de se laver les mains pas de créer un produit parfait.

 

LA TRACE :

(SAF) la trace est un changement de texture quand on mélange la soude dissoute aux corps gras.  Elle peut se dire épaisse ou fine, rapide ou lente.  Pour les débutants, je recommande de brasser jusqu’à l’obtention d’une texture de pudding à la vanille instantané qui commence à figer. Quand vous soulèverez votre pied mélangeur ou votre fouet délicatement, vous devriez voir que ce dernier laisse une trace dans votre mélange qui ne disparaitra pas.  Une trace trop épaisse vous permettra de donner un effet ‘’crème fouetté’’ sur le dessus de vos savons, mais ne vous donnera aucune chance de créer un beau marbrage fluide.

 

La saponification à chaud :

(HP pour hot process) Le savon est cuit et chauffé.  Cette méthode est assez longue, mais donne un savon qui est utilisable presque immédiatement (entre 24 heures et 1 semaine).  Cette méthode ne s’adresse pas aux débutants, et donne souvent un résultat moins homogène et une texture moins crémeuse.  Il faut s’y connaitre pour le tenter.  Le fameux savon du pays de grand-mère été fabriqué à chaud, dehors, sur un feu de bois.

 

La glycérine est un dérivé de la saponification que les fabricants industriels récupèrent lors de la saponification à chaud pour la revendre ensuite. Un savon sans glycérine est un savon beaucoup plus agressif, plus dégraissant, plus costaud…

 

La saponification à froid :

(SAF) Ce savon est produit à partir d’un mélange d’huile et de soude n’excédant pas 45° Celsius.  Ce procédé à le désavantage de produire un savon qui ne sera pas utilisable avant un mois (en moyenne 4 à 6 semaines).  Il s’agit cependant de la méthode la plus simple, la plus stable et celle que je vous montrerai aujourd’hui.  Il ne vous reste plus qu’à planifier vos besoins en savon !  De plus, la glycérine reste dans le savon, ce qui en fait un savon plus doux.

 

Le SAFour :

(SAF pour saponification à froid et on enchaine avec le son ‘’four’’ pour représenter l’enfournement à chaud de la recette).  On l’appelle également ITMHP (in the mold hot process).  Il s’agit en fait d’un hybride entre la méthode à froid et la méthode à chaud.  Le savon est fait selon la méthode à froid, mais placé à plus haute température pour une cuisson une fois mis en moule.  Cette méthode permet d’économiser du temps de cure… beaucoup de temps de cure.  La couleur et la texture en surface s’altère légèrement, le savon a un peu tendance à suite en surface quand on le couvre et la couleur change légèrement… par contre le résultat est plutôt satisfaisant en général et mes tests m’on permis de constater qu’en règle générale (mais non absolue) le savon est utilisable dès le lendemain, quoi qu’il soit encore un peu mou.   Vous devez avoir l’équipement qui vous permettra de chauffer votre savon à une température entre 60°C et 75°C durant 3 à 4 heures.  Les glacières électriques qui se branchent dans les allument cigarettes d’auto peuvent chauffer à exactement 60°C.  Certaines cuisinières également.

60°C = 140°F

70°C = 158°F

 

Vous pourriez mettre un morceau de bois pour garder votre porte de cuisinière ouvert pour atteindre votre température, mais cela devient alors très énergivore.  L’autre solution serait de positionner un thermomètre dans le four et surveiller de près la température en allumant et en éteignant le four pour maintenir la bonne température à l’intérieur.

 

La méthode de la glacière :

Cette méthode consiste à suivre la recette et les étapes de la saponification à froid.  Une fois mis en moule, votre savon effectuera sa cure dans une endroit qui maintiendra autour de lui la chaleur qu’il dégage durant sa phase de gel (cuisson).  La réaction chimique se poursuit durant 24 heures à l’intérieur du savon et cela dégage une chaleur qui atteindra les alentours de 50°C. Si vous parvenez à isoler suffisamment votre savon pour qu’il maintienne cette température durant ses 24 heures de cure, la cure sera très efficace et le savon sera utilisable plus rapidement sans aucunement altérer son apparence, ni son odeur.  Seul un risque de condensation en surface pourrait en changer l’Apparence, mais rien de dramatique… cela séchera rapidement.  Par contre… ce temps de cure est une donnée très imprécise à cause des différentes méthodes d’isolations et de la température que vous avez réussi à maintenir… et de la recette elle-même.  Un test de PH est obligatoire.  Habituellement, le savon est utilisable entre 2 et 3 semaines après la cure.  Parfois plus, parfois moins…  à vous de voir.

 

ASH : Le ash est une poudre blanche qui se forme sur les surfaces exposées à l’Air libre de votre savon… Le ash est uniquement un problème esthétique et aléatoire.  Il y a différente manière de le prévenir, mais cela s’avère parfois vain de toute manière.  Un petit passage à l’eau vous débarrassera du ash une fois pour toute.  Méthodes pour le prévenir :

-vaporiser de l’Alcool 99% sur la surface de votre savon une fois mis en moule.  Faites-le 2 à 3 fois en l’espace d’une heure.

-couvrez votre moule d’une pellicule de plastique.  Cela emprisonnera un peu d’humidité au-dessus du savon et préviendra l’apparition du ash…  Mais comme je vous le disais plus haut, parfois, il se crée quand même!

 

SAVON NOIR :

autrefois le savon noir était un savon à base de cendre, mais plus maintenant.  Les savons noirs présents sur le commerce n’ont plus rien à voir avec la cendre, même s’ils sont noirs.  Ce sont des savons POTASSIQUE, fabriqués avec de l’hydroxyde de potassium (potasse ou KOH) et ce sont des savons très doux car ils ont concervés leur glycérine.  C’est ce savon que vous utilisez dans un ratio de 1 :10 avec de l’eau pour éradiquer les pucerons sur les feuilles de vos plantes.  Ne faites JAMAIS ça avec un savon noir à base de cendre parce que vous allez avoir hâte que vos feuilles repoussent!

 

SAVONS À LA CENDRE : savon fabriqué avec un alcali de cendre de bois (on verra plus loin quelles cendres).  Rien à voir avec le savon noir du commerce d’aujourd’hui.  Ce savon est habituellement très fort et très peu adapté pour la peau.  Évidemment, tout dépend d’une tonne de facteurs, il est possible de l’adoucir, mais tout est tellement imprécis quand on ne connaît pas la teneur exacte en potasse de nos cendre… ça donne ce que ça donne habituellement… et on s’en contente joyeusement car ce savon est pratiquement gratuit.

 

pH :

potentiel hydrogène.  Votre corps a un pH neutre ou presque.  Un savon a un pH élevé et un vinaigre possède un pH très bas.

Donc…

 

pH neutre : autour de 7 (corps humain : 7 )

pH basique : supérieur à 7 (savon : 9 – 11)

pH acide : inférieur à 7 (vinaigre : 4 – 5)

 

Le Ph d’un savon prêt à être utilisé sur le corps se situe entre 9 et 11.  Si votre savon n’a pas fini sa cure, le pH sera trop élevé et le contraste avec votre peau trop gras… vous provoquerez une réaction ou une brûle de votre derme.  Test possible avec les languettes de pH achetées en pharmacie, fourniture de piscines ou botaniques, mais le test le plus simple reste celui de la langue.  Léchez votre savon (pas une grosse lichette, une petite lichette suffit), puis attendez quelques minutes.  Si votre langue picote, votre savon n’est PAS prêt.  Si ça l=ne fait que goûter le savon, tout est beau.

 

COMMENT RÉAGIR EN CAS DE DÉGAT OU D’ACCIDENT AVEC L’ALCALI (soude ou potasse) ?????

 

NE JAMAIS TENTER DE NEUTRALISER UNE BASE AVEC UN ACIDE.  CELA PROVOQUERA UNE BRÛLURE CHIMIQUE CAR LA RÉACTION SERA TROP INTENSE.

Vous allez peut-être voir passer des récits qui suggèrent de jeter du vinaigre sur de la soude caustique.  Cette pratique est vraiment dangereuse et à proscrire totalement.  En laboratoire, il est totalement interdit de ramener une base avec un acide.  La soude caustique, au contact de l’eau grimpe instantanément à 100°C… imaginez maintenant la réaction dans une acide fort comme le vinaigre.  Oui, le pH reviendra rapidement aux alentours de 7, mais l’énergie que cela dégagera sera trop dangereuse pour la peau, les surfaces, les émanations, etc…

 

IL FAUT DONC AVOIR À PROXIMITÉ DE L’EAU FROIDE, COURANTE.

Rincez abondamment à l’eau très froide et courante, longuement.  Une fois noyée dans l’eau, la soude se désactive.  S’il y a eu contact avec la peau, en principe cela picote un peu.  Nous avons tendance à endurer ce picotement, mais il ne le faut pas.  Le picotement se transformera en petite blessure si vous n’aller pas vous rincer à l’eau.  Après un rinçage, ça continue de picoter environ 15-20 minutes, puis cela cesse.

 

ÉMANATIONS SOUDE CAUSTIQUE :

Les émanations de la soude caustique se produisent au contacte de l’eau.  Dès que vous mettez la soude dans l’eau (et non le contraire… imagez ça ainsi : on met le chlore dans la piscine et non la piscine dans le chlore), une réaction chimique s’active.  La température du mélange grimpe très rapidement autour de 100°C.  Des émanations se forment alors.

 

*Installez-vous sous une hotte de cuisinière si vous craignez ces vapeurs.

*Le port du masque n’est pas obligatoire, mais recommandé.  Un masque de type 3P est nécessaire, en-dessous de cette norme, il ne sert à rien.

*Les émanations vont stopper quand le mélange eau + soude descendra sous la barre des 60°C

 

SÉCURITÉ :

Évitez si vous êtes enceinte, si un bébé est présent dans la pièce, si vous avez de grandes fragilités spécifiques que ces manipulations pourraient affectées.

MASQUE 3P (facultatif)

TABLIER

GANTS BIEN AJUSTÉS

LUNETTES DE SÉCURITÉ

VÊTEMENTS AJUSTÉS

ÉVITEZ D’ÊTRE PIEDS NUS

PIÈCE OÙ L’AIR CIRCULE BIEN (ou sous une hotte de cuisinière)

 

Sans vouloir banaliser la chose, sachez que la soude caustique est l’ingrédient principale des produits débouches tuyaux, vendus dans les grandes surfaces.  Ce monstre est beaucoup moins pire que ce que vous imaginez.  Votre peau ne fondra pas, vos poumons ne s’enflammeront pas et la maison n’explosera pas.  Cette aura de crainte fait en sorte que les gens ne se font pas assez confiance, ce qui rend la chose encore plus dangereuse.

 

Si vous avez besoin d’une formation, j’en donne.  Si vous êtes autodidacte et en confiance, je vous offre tous les renseignements dont vous aurez besoin.  Ces renseignements sont justes et vous pourrez démarrer du bon pied avec les bonnes informations.

Dans un prochain BLOG, je vous donnerai les méthodes et les recettes pour faire votre savon!

 

Passez une très belles journée mes amis (es)

 

Marie-Eve Martineau

Simple Nature

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s