Les cailles

Les cailles

Les cailles

Pour les petits élevages fermiers et familiaux

(Ce document est basé sur mes observations et méthodes personnelles et ne se veut en rien un document de référence professionnel)

Étymologie : De l’ancien français quaille, du latin quaccol, issu du croisement de kwak « cacabe » et de *hwahtila « caille », lui-même continué par le néerlandais régional wachtel et apparenté à l’allemand Wachtel (source : wikipedia)

Coturnix = du latin codorniz = caille

Coturniculture = élevage de la caille

Coturniculteur = celui qui élève des cailles

 

Les principales races de cailles :

 

La caille du japon (Coturnix japonica)

Couleurs : communes (brune), isabelle (beige pâle), rousses (brune foncée), tuxedo (ventre blanc, aussi appelé panachée), argentée (gris pâle), blanche…

*La couleur brune commune permet de différencier

mâles et femelles par le plumage

 

Caractéristiques principales :

Caille retrouvée dans les élevages.  Oiseaux de bon calibre pour la consommation, on en trouve parfois des dites ‘’JUMBO’’.  Caille rustique, facile à garder en hiver avec quelques précautions.

La caille des blés (Coturnix coturnix) aussi nommée caille sauvage ou commune

Couleur : brune (commune)

La couleur brune commune permet de différencier mâles et femelles par le plumage

 

Caractéristiques principales : caille sauvage qui ne se retrouve pas ou peu en élevage (protégée).   De plus petite taille que la caille du japon.

La caille de chine (Coturnix chinensis)  aussi nommée la caille peinte

Couleur : dans leur version d’origine (sauvage), le mâle est brun tacheté noir, poitrine et de flancs gris-bleu et ventre roux. La femelle est brune tacheté de beige.

En captivité, nous retrouvons aussi des variétés blanches, argentées (gris bleu), tuxedo (ventre blanc, aussi appelé panachée), brunes et noires

Caractéristiques principales : très petit oiseau, très rustique.  Ne pond vraiment pas beaucoup, mais se prête bien aux couvées naturelles.

 

La buttonquail (turnix…)

Couleurs : très grande palette de couleurs.

Caractéristiques principales :  Très petit oiseau du genre turnix et non coturnix.  Il en existe beaucoup de variétés et de couleurs.

_________________________________________

Couleurs des cailles:

couleyrs cailles

 

Sexer les cailles :

Sexer avec la couleur des plumes:

Couleur brune commune uniquement (cailles japonaise ou caille des blés) :

Femelle

Poitrine tachetée sur fond beige, vous pouvez sexer au plumage à partir de l’âge de 3 semaines.

Parfois une femelle peut ressembler à un mâle, mais pas l’inverse.  C’est pourquoi il est possible qu’une fois sexées vous retrouviez des œufs dans l’enclos des mâles.  Pratiquez alors un sexage au cloaque (voir ci-bas)

Mâle

Poitrine unie, souvent rousse ou beige avec bajoue rousses également.   Parfois une femelle peut ressembler à un mâle, mais pas l’inverse.  C’est pourquoi il est possible qu’une fois sexées vous retrouviez des œufs dans l’enclos des mâles.  Pratiquez alors un sexage au cloaque (voir ci-bas)

sexage couleur

 

Sexer au cloaque:

Cette méthode est la plus sûre de toute.  Vous pouvez la pratiquer uniquement lorsque les oiseaux sont matures sexuellement, prêtes pour la reproduction et la ponte (entre 7 et 8 semaines pour les cailles japonaises).

Femelle

Le cloaque n’est pas enflé la fente est large et souvent, la peau autour est foncée.

Mâle :

Le cloaque possède une enflure entre l’ouverture et le croupion (queue).  En appuyant sur cette enflure, une mousse blanche devrait en sortir.  (il se pourrait que cette enflure soit difficile à observée si le mâle vient tout juste de cocher (féconder) une femelle.

sexage au cloaque.PNG

 

Cycle de vie de la caille d’élevage japonaise (coturnix japonica)

 

Incubation

incubation

 

Naissance

naissance 1

naissance 2

 

 

Croissance

croissance

 

 

Production

production

production2

 

Reproduction

reproduction

 

Nourriture

– La caille a besoin d’une nourriture riche en protéine.
– Elle aime les insectes, les fruits et les légumes… gâtez-les de temps en temps
– Moulée avec un taux de protéine avoisinant les 20%… (moulée pour gibier à plume, début dinde ou croissance dinde)
– Supplément de tourteau de soya disponible en meunerie pour augmenter le taux de protéines de la moulée (assurez-vous que des tests de salmonellose ont été fait sur le produit vendu)
– L’élevage de vers à farine est très simple, économique et excellent pour le maintien d’une bonne santé

– Un apport élevé en protéine évitera les carnages car les cailles en carence de protéines s’acharnent sur les blessures des autres cailles, ce phénomène se nomme le picage

 

Maladies

– Le stress est une des causes de déclenchement des maladies.  Il acidifie le système et les pathogènes se reproduisent allègrement en milieu acide.  Il faut donc veiller à neutraliser le pH du corps en prévention lors d’un stress tel qu’un déménagement ou en accompagnement d’un traitement lorsque les problèmes sont déjà là.
Prévenir stress : ne pas trop manipuler les nouveau arrivant, encore moins les bébés cailles. Couvrir d’un drap la cage des petits nouveaux pour qu’ils s’habituent aux sons environnant au cours des 24 premières heures de leur arrivée… (veillez à ce que l’air circule bien sous le drap… attention canicules !!)

– Mettre du vinaigre de cidre de pommes non pasteurisé dans leur eau (environ 1 oz par litre).  Bien que le vinaigre de cidre de pomme non pasteurisé soit acide, cet aliment particulier possède la propriété de neutraliser le pH une fois métabolisé.  De plus, le fait qu’il soit non pasteurisé apportera un soutien à la flore intestinale et augmentera les défenses immunitaire grâces aux bonnes bactéries et levures qui le composent.  (voir aussi probiotiques aviaires pour le même type d’effet, en plus efficace… Baci+ = produit Québécois génial)
– Attention aux avitaminoses (carences nutritionnels).  Elles sont fréquentes et sont souvent la première cause à considérer.  Si vos cailles mangent leurs œufs, dites vous qu’il s’agit d’un premier signe.  Les paralysies sont également des signes de carence alimentaire.  PROTÉINES +++ pas trop non plus… mais au moins 22% (voir section nourriture).  La qualité de la moulée joue un énorme rôle. Lumière, verdure, insectes, eau propre et fraîche, nourriture à volonté.
– Les maladies aviaires sont difficiles à diagnostiquer, l’huile essentielle d’origan possède un très large spectre d’action (antibactérien, antiviral, antiparasite interne, antifongique, stimulant digestif et immunitaire) Mélanger une vingtaine de gouttes à un jaune d’œuf, puis diluer dans un ½ tasse de vinaigre de cidre de pomme.  Conserver 1 semaine au frigo.  Utilisation : 1 oz de ce mélange par litre d’eau durant MAX 1 semaine car cela risque d’Affecter le foie à long terme.
– Pour des médicaments, veuillez consulter un vétérinaire et éviter les achats en ligne de produits que vous ne connaissez pas sur la pointe des doigts.  Je vous le déconseille fortement… autant pour la santé de l’animal que pour la vôtre (consommation œufs et chair que pour le respect de la profession de vétérinaire qui sont effectivement les seuls à pouvoir poser un réel diagnostique…
– ANTIBIOTIQUES : utile uniquement en présence d’infection BACTÉRIENNE.  Si vous utilisez un antibiotique qui ne convient pas à la situation, vous rendrez l’Animal résistant au produit et ne pourrez plus l’utiliser efficacement une seconde fois.  Pour déterminer s’il s’agit d’une infection bactérienne ou viral, il faut vraiment s’y connaitre et bien souvent une analyse de fiente ou une nécropsie est nécessaire.
-Maladies à déclaration obligatoire et zoonose (transmissibles entre espèces et aux humains) consulter le site web de l’EQCMA.  Organisme qui veille à prévenir la propagation de maladies chez les petits producteurs ou les amateurs… et ainsi éviter des problèmes dans les élevages commerciaux et industriels.  Ils sont là pour nous aider et sont vraiment géniaux.  Vous y trouverez également une liste non-exhaustive de vétérinaire compétant ou intéressés à aider en milieu aviaire.

 

Bien-être général

– Les élevages sur grillage ne sont pas fantastiques pour le bien-être de l’animal.
– Les cailles aiment beaucoup se rouler dans le sable, un bac de sable propre et fin est recommandé
– Elles ont besoin d’un minimum d’espace.  Un élevage familial ou une petite production devrait se permettre de laisser au moins 30 cm2 pour une ou 2 cailles au minimum.  Cela réduira de beaucoup le stress et l’agressivité
– Ne pas s’acharner avec les races pures… ou les couleurs pures… mélangez vos cailles.  Cela sera bénéfique au niveau de la résistance et de la génétique car vous éviterez ainsi la consanguinité.
– Eau fraiche tous les jours
– Litière propre pour éviter les maladies, insectes nuisibles, moisissures et parasites
– Nourriture adaptée et à volonté… les cailles mangent beaucoup
– Luminosité : une fenêtre à proximité ou un éclairage artificiel imitant le spectre naturel du soleil disponible au moins la durée d’ensoleillement régulier d’une journée.  *** ne pas vous fier aux conseils prétendant que l’obscurité évitera le picage, ceci est totalement déconseillé, même si cela est efficace.  Leur offrir un environnement sain et une nourriture adaptée est tout aussi efficace et ne les privera pas d’une qualité de vie.

– Sélectionné les animaux non stressé, agréables, protecteurs et maternels pour la reproduction.  Retirer dès que possible les sujets qui se montrent agressifs et agités.  Ils nuisent à l’harmonie et les gènes comportementales se transmettent d’une génération à l’autre.

Je vous souhaite bon succès… soyez fier de les élever autrement et d’offrir à vos animaux un minimum de bien-être… Un animal heureux vous le rendra… Consommer les œufs et la chair d’une bête qui a souffert et qui n’a jamais vécu comme la nature l’avait prévu pour lui ne vous apportera aucune énergie positive ni satisfaction morale…. Vous consommerez tristesse, stress et carence au profit d’une rentabilité que vous investirez fort probablement dans un luxe inutile.  À vous de voir quel genre de production encourager.  Fournir un minimum d’effort pour la vie que vous exploité reste quand même le moindre des respects à avoir envers elle.

 

Marie-Eve Martineau

Simple Nature

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s